Suspended spaces

Posts Tagged ‘Berger & Berger

Berger & Berger, Ghost Towns


Berger & Berger, Ghost Towns

Mise en ligne par Suspended Spaces

Berger & Berger, Ghost Towns

Berger & Berger, Ghost Towns
Edition d’un éphéméra sous forme d’une pochette en papier synthétique. Polyart contenant une impression sur format A2 plié en deux. Texte (Marc Augé) collé sur la jaquette de la pochette

Publicités

Written by suspendedspaces

22 janvier 2010 at 5:24

Berger & Berger, Ghost Towns, MCA


Berger & Berger, Ghost Towns, MCA

Mise en ligne par Suspended Spaces

Retrouver plus d’images de l’exposition sur l’album Flick R dédié à cette exposition.

Written by suspendedspaces

19 janvier 2010 at 5:56

Berger & Berger / Suspended Spaces#1 à la Maison de la Culture

Berger&Berger

Ghost Towns

2009

Édition d’un éphémera sous forme d’une pochette en papier synthétique Polyart contenant une impression sur format A2 plié en deux.

Texte collé sur la jaquette de la pochette (Marc Augé)

Chute d’activité économique, disparition de ressources naturelles, isolement, catastrophe, expropriation gouvernementale, guerre, massacre : tels sont les nombreux scénarii possibles de l’abandon d’habitations et de l’apparition Ghost Towns donne à voir une carte du monde en négatif en faisant émerger géographiquement les villes disparues, qui rappellent l’histoire de nos civilisations anciennes et récentes.

Sans fonction et sans usage, cette carte est un inventaire non exhaustif de plus de mille villes répertoriées par des particuliers ou groupes d’individus. Aucune organisation gouvernementale n’en a élaboré le recensement mondial. Au verso, Berger&Berger présentent les histoires de certaines de ces disparitions. Cet échantillon de villes fantômes souligne la diversité des époques et de la nature des villes, tout en représentant les cinq principales catégories de causes qui sont à l’origine d’une disparition : raison économique, sociale, géopolitique, naturelle, environnementale.

Avec Ghost Towns, Berger&Berger localisent également les cultures qui donnent forme au mythe de la ville fantôme. Car si l’on peut supposer que ce phénomène a eu lieu sur chaque continent, certains pays présentent de nombreuses villes abandonnées tandis que d’autres en semblent exemptes. Se dessine alors une mythologie plus fortement ancrée dans la culture occidentale, en particulier anglo-saxonne.

En filigrane, l’ouvrage Effondrement. Comment les sociétiés décident de leur disparition ou de leur survie (Gallimard, 2006) de Jared Diamond (physiologiste, biologiste évolutionniste et géographe américain), qui interroge les causes des réductions spectaculaires de civilisations (dont le destin de l’Île de Pâques fournit le symbole dans l’imaginaire collectif). Selon l’auteur, la géographie – ou pour mieux dire l’environnement – est la cause fondamentale de la différenciation du destin des sociétés (De l’inégalité parmi les sociétés), de même qu’une mauvaise gestion des ressources naturelles est un élément déterminant dans l’effondrement de certaines civilisations. Il ne nie en aucun cas l’influence des conflits, de la culture, de la technologie, de la religion, mais élabore simplement un modèle dans lequel ces dimensions deviennent des variables dépendantes. La seule variable indépendante réelle est la géographie.

L’œuvre Ghost Towns a été créée dans le cadre du projet Libelle sous la forme de 30 exemplaires numérotés et signés imprimés au format A2 et de 1300 exemplaires présentés sous forme d’œuvres mises en libre service et enrichies d’un texte écrit par Marc Augé. L’ensemble des exemplaires est imprimé sur du papier synthétique Polyart et édités par Rosascape. Pour l’exposition Suspended Spaces #1 à Amiens, 1500 exemplaires supplémentaires ont été imprimés en langue française ainsi qu’un tirage inédit de grande dimension.

Laurent P. Berger, né en 1972, artiste plasticien, et Cyrille Berger, né en 1975, architecte, collaborent depuis 2006 à des projets d’architecture, sous l’identité Berger&Berger. Ils vivent et travaillent à Paris. Ils proposent des dispositifs ouverts, interprétables, qui ne répondent pas à des fonctions préétablies mais tendent à faire émerger des usages, où l’espace construit sort de sa détermination fonctionnelle univoque. Laurent P. Berger est diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des arts décoratifs de Paris. En 1999-2000, il obtient la bourse de l’Académie de France à Rome et est pensionnaire de la Villa Médicis. Cyrille Berger est diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris la Villette.

Written by suspendedspaces

4 janvier 2010 at 4:20