Suspended spaces

Posts Tagged ‘Elizabeth Hoak Doering

Vue de l’exposition à la Maison de l’architecture (Elizabeth Hoak Doering)


Vue de l’exposition à la Maison de l’architecture (Elizabeth Hoak Doering)

Mise en ligne par Suspended Spaces

Petit aperçu de l’exposition à la maison de l’architecture.

Elizabeth Hoak Doering, Things, Witenesses

Maison de l’Architecture, Amiens

Photographie de Pauline Jurado

Retrouver plus d’images sur l’album Flick R dédié à cette exposition.

Publicités

Written by suspendedspaces

19 janvier 2010 at 11:00

Elizabeth Hoak Doering / Suspended Spaces#1 à la Maison de l’Architecture

Elizabeth Hoak Doering

things, witnesses!

2009

Installation – objets, papier, mécanisme, enregistrement sonore. Dimension variable

Depuis plus de cinq ans, Elizabeth Hoak Doering mêle le dessin et l’installation. Elle fait « dessiner les objets » ou les éléments naturels, et explore ainsi l’idée d’une intériorité du monde non-humain, qui se dévoilerait dans ces graphismes.

Pour réaliser things, witnesses!, elle a emprunté à des habitants des deux parties de Chypre divisée des objets quotidiens vieux d’au moins trente ans, pour qu’ils aient été témoins de la division de l’île et des douloureux événements des années 1970. Suspendus en l’air et équipés d’un stylet qui les prolonge vers le sol, ils inscrivent des traces sur une feuille de papier placée à son contact, lorsqu’ils sont mis en mouvement. Déjà exposé à Chypre en 2009, ce dispositif était accompagné de la voix enregistrée de l’artiste, traduisant en anglais le récit des objets raconté par leurs propriétaires.

Elizabeth Hoak Doering interroge les objets en tant que témoins de l’histoire, se référant aux propos de Walter Benjamin (L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique) : « Ce qui fait l’authenticité d’une chose est tout ce qu’elle contient de transmissible de par son origine, de sa durée matérielle à son pouvoir de témoignage historique ».

Les objets d’Elizabeth Hoak Doering sont sensibles à la présence de l’humain détectée par des capteurs placés dans l’espace de l’installation, qui actionnent de petits moteurs. Ainsi, le mouvement naturel d’oscillation d’une chaise, lié à la masse d’air qui l’environne, est renforcé par le passage d’un spectateur qui déclenche la mise en marche du moteur. C’est aussi pour explorer ce lien entre hommes et objets que l’âge des objets importait à l’artiste : elle souhaitait qu’ils aient aux yeux de leur propriétaire une charge affective. La douceur des mouvements et des traits déposés sur le papier semble ici une réponse faite par les objets. L’objet devient alors le témoin de l’entremêlement de deux polarités de l’identité, le politique et le personnel. Ces objets inscriraient ici leur témoignage, et chaque dessin réalisé étant unique, cette installation met en valeur la pluralité des expressions et des expériences d’une histoire commune, celle de Chypre, sous-tendue par les questions politiques.

Elizabeth Hoak Doering explique que depuis les années 2000, elle s’intéresse à l’idée que le travail artistique est « déjà là », présent dans le monde extérieur, et que le travail de l’artiste consiste à le remarquer et à le matérialiser en image, à le « traduire ».

Elizabeth Hoak Doering, née en 1966 à Philadelphie, vit et travaille à Nicosie, Chypre. Elle a étudié l’anthropologie et la sculpture. C’est en 2002, à l’occasion de sa participation à la Biennale d’Arménie sur l’invitation de Garo Keheyan, qu’elle construit ses propres appareils et oriente ainsi son travail vers l’installation, les arts visuels et la création sonore. Plusieurs de ces œuvres explorent Chypre, sa société et ses enjeux identitaires et politiques. Elle y a effectué de nombreux séjours avant de s’y installer en 2007.

Charlène Dinhut

things, witnesses! Elizabeth Hoak Doering 2009 Installation - objets, papier, mécanisme Dimension variable © Elizabeth Hoak Doering pour Suspended Spaces

Written by suspendedspaces

4 janvier 2010 at 5:53