Suspended spaces

Posts Tagged ‘Ziad Antar

Ziad Antar, Famagusta


Ziad Antar, Famagusta

Mise en ligne par Suspended Spaces

Ziad Antar, Famagusta
Vidéo
Exposition Suspended Spaces à la MCA
Photographie Pauline Jurado

Publicités

Written by suspendedspaces

22 janvier 2010 at 5:18

Ziad Antar / Suspended Spaces#1 à la Maison de la Culture

Ziad Antar

Famagusta

2010

Vidéo, 1 mn

Dessin et animation : Ghassan Halawani

A l’occasion d’un déjeuner dans une taverne d’un tout petit village chypriote, non loin d’un hameau musulman abandonné depuis la partition de 1974, Ziad Antar a remarqué une affichette humoristique accrochée dans les toilettes. On y voit deux ânes dessinés en silhouette. Ils sont attachés l’un à l’autre mais tirent chacun en sens inverse pour essayer d’atteindre les feuilles de buissons situés devant eux. Après avoir tenté vainement d’être le plus fort, les deux ânes s’arrêtent, épuisés, s’assoient et se regardent tandis qu’un point d’interrogation souligne leur désarroi. Ils décident alors d’aller brouter le même arbuste.  Ziad Antar a gardé en mémoire ce petit résumé allégorique et naïf de la séparation et en a réalisé une version animée… ou plutôt une relecture. Reprenant le graphisme de l’affiche initiale, l’artiste modifie légèrement le scénario : plutôt que d’aller ensemble brouter les feuilles de buisson, l’un des ânes grimpe sur l’autre et les animaux de Ziad Antar se réconcilient de manière charnelle dans un joyeux coït !

La vidéo de Ziad Antar rebondit sur une affichette, déjouant avec humour le caractère symbolique et commentant ainsi le fait même de produire une œuvre dans un contexte de conflit. En choisissant le détournement et la farce, l’artiste refuse d’entrer dans la complexité et la dramatisation de la situation locale. Il l’aborde en biais, l’air de rien, en grattant juste un petit morceau de la réalité de la pointe de l’ongle. Et s’il ne faut pas se tromper par une lecture trop littérale du scénario proposé par Ziad Antar, on soulignera quand même qu’il réintroduit la sexualité et les corps dans une représentation un peu gentillette de la division, où le conflit d’intérêt s’efface lorsque la raison révèle l’absurdité de la situation. Mais Ziad Antar est libanais et il sait bien que la raison n’a rien à voir avec tout ça, ni avec les causes, ni avec les résolutions des conflits et des séparations. Et comme dans beaucoup de ses vidéos, le corps et sa sensualité est à la fois l’absent et l’espoir des crises politiques qui déchirent ces territoires et ces communautés.

Les vidéos de Ziad Antar, courtes, mettent chacune en scène une idée précise et opèrent avec une simplicité incisive qui désarme l’attente du spectateur, le laissant parfois hésitant, entre l’amertume et la réjouissance. Une grande partie de ses travaux témoigne d’un monde en conflit, au Liban avant tout, mais toujours ses œuvres se distancient d’une prise de position politique au premier degré, se penchant plutôt, notamment, sur la vie quotidienne en temps de guerre.

Ziad Antar est né en 1978 à Saïda au Liban où il a d’abord suivi des études d’ingénieur agricole. Il vit et travaille entre Paris et Saida. Après des expériences photographiques diverses en 2002, il est accueilli à Paris en 2003 dans le cadre du programme de recherche artistique Le Pavillon au Palais de Tokyo puis de La Seine, le post-diplôme de l’Ensba. On a pu voir ses photographies, vidéos, films super 8, dans diverses expositions comme au New Museum of Contemporary Art de New York où à la Biennale de Taipei.

Charlène Dinhut

Written by suspendedspaces

4 janvier 2010 at 3:49